————————————————————————————————————––––––––––––––––––

« Quelques

peintures »

Anne Moreau


––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

P1030023 copie

Aletier, octobre 2015

————————————————————————————————————————————————

CARTON EXPO ANNE MOREAU v1

3-EXPO A.MOREAU-v1

AtelierAnneMoreau020418-2 (1)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

EN PRÉPARATION :

À paraître aux Éditions  « LE TEMPS QU'IL FAIT »

En SOUSCRIPTION jusqu'à la parution

UNE EAU MÊLÉE DE PIGMENTS

COLORÉS

Texte Anne Moreau

Préface Jean Planche

Photos Christian Mallier


EXTRAIT


1 / Le bateau, 1978


       Quand les routes étaient rares,

les hommes bâtissaient leurs communautés au bord de l’eau.

C’est par l’eau qu’il faut les aborder pour comprendre.

Georges Simenon


Paris, passerelle des arts


Méandre complice pour l’évasion citadine, la rivière offre le bleu, la réflexion du ciel parisien. Sur le quai Malaquais, l’enseignement des Beaux-Arts ne se dilapide pas encore en concepts désincarnés ; en contre- bas, le port des Saints-Pères n’accueille plus d’agrégats, les compagnons n’y taillent plus la pierre. Longeant le flux, la mesure de mes pas déroule le fil des pensées, car comme Braque, «j’ai trouvé la peinture pour suspendre à un clou mes idées».

La matière grise reste grise, si la réalisation finale d’une œuvre n’est pas ensemencée par l’imperceptible force qui nous meut, nous définit. Comment s’aventurer bel et bien dans ce qui palpite, solliciter l’instinct créateur du corps ? La connaissance a besoin d’humeurs bourlingueuses pour s’épanouir. Un faisceau d’approches cerne davantage, permet de trouver non pas mieux, mais autrement. De la pointe du pinceau il me faut couper les ponts, quitter le cocon des écoles d’arts, mettre une distance critique sur l’impératif d’intégration qui est celui du peintre, faire abstraction des conventions attribuées aux femmes, rencontrer l’autre, ouvrir le champ.

Sur la Seine près d’Argenteuil, Monet peignait de sa barque.
Revient la charge émotive du bateau, qui depuis Noé est un véhicule de salut, simplement parce qu’il flotte. Sur l’eau striée par la brise, les péniches à quai prouvent que l’on peut voir plus grand qu’un canot. Embarquer peintre et atelier dans une cale, pénétrer l’erre de la terre par ce qui l’irrigue, renaître d’un ventre même métallique. Qu’importe si je me perds, au moins me serai-je liée aux déliés des eaux.

Le bleu innerve les cartes fluviales, allèche l’humeur vagabonde. Sans le couperet des frontières du bloc soviétique, via le Danube, la navigation serait donnée jusqu’en mer Noire. Alors, passant par Conflans-Sainte- Honorine, de Port-Saint-Louis-du-Rhône jusqu’à Anvers, je la cherche...

01-Souscrip.649

————————————————————————————————————————————